Bas-Uele : Les défis à relever pour le nouveau gouverneur Valentin Sanga et son gouvernement sont gigantesques (Patrick Bosso, Opinion)

Le Président de la république Félix Tshisekedi a a signé jeudi 02 mai dernier une série d’ordonnances portant investiture des gouverneurs et Vice-gouverneurs des provinces de la République Démocratique du Congo et au Bas-Uele Valentin SENGA PAYISAYO avec son colistier Jean-Fidèle TEGBUTI MAMBE ont été investis.

Les turpitudes électorales laissent à présent la place à la prise de fonction effective. Dans la jeune province du Bas-Uele, tout est à recommencer. Mais pour le compatriote Patrick Bosso, un jeune, originaire du terroir, la priorité doit rester l’arrêt l’hémorragie et la descente aux enfers de cette province à multiples défis notamment ceux liés aux infrastructures de base, la sécurité et autres.

Sur sa plate forme Watsapp « la voix du Bas-Uele » Patrick Bosso invite le nouvel exécutif provincial du Bas-Uele à se démarquer sur plusieurs questions dès la formation du gouvernement sur base des mérites :

1. Étant lui même membre du FCC (Front Commun pour le Congo), le nouveau gouverneur doit se démarque de sa famille politique et travailler pour l’intérêt de tous;

2. Le Nouveau Gouverneur est appelé à la formation de son futur Gouvernement Provincial en effet nous lui suggérons la représentation territoriale dans son futur gouvernement tout en tenant compte de la compétence et non du clientélisme et recommandation car nous le savons bien que la politique au Bas-Uele est hautement communautaire. À mon humble avis, il y a moyen de marié communautarisme, territorialisme et compétence, si on laisse le gouverneur puiser librement dans les différentes communautés vivant au Bas-Uele, originaires comme non originaires, pour le bien de la province. Tout le monde veut le décollage du Bas-Uele, mais cela n’est possible que si le nouveau gouverneur est entouré d’une équipe forte et engagée, motivée et dynamique;

3. L’attitude du gouverneur Valentin SENGA, souvent accusé, une fois au pouvoir, de ne pas rester attentif et être accessible à sa base. C’est à mon avis le 3e défi qu’il fera un effort de relever. Il a eu à assumer plusieurs fonction politique que sa soit à l’hémicycle ou au niveau du Gouvernement Central mais ce deux contexte différent Un cabinet politique est avant tout technique et la force d’un gouverneur se mesure par la capacité de son équipe à maîtriser les grands dossiers de la province;

4. Et au finish, quant aux attentes de la population qui sont d’ailleurs très énormes et multiformes, je pense que l’excellence Valentin SENGA et son équipe devraient s’atteler en urgence sur deux priorités: la sécurité et les routes d’intérêt provincial.

Il présume par ailleurs que les problèmes du Bas-Uele sont innombrables et ils ne peuvent être résolus en 5 ans.

« Le décollage tant attendu n’est qu’un idéal, une projection à atteindre. La mission du gouverneur pour moi, n’est pas de coller la province en 5 ans, ceci est impossible mais plutôt Sa mission est d’arrêter d’abord l’hémorragie, la descente aux enfers tout en posant un levier pour son décollage que son successeur viendra poursuivre. »

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire