Watsa : les travaux de réhabilitation de la route Watsa-Durba lancés

Lancement ce mercredi 06 novembre 2019, des travaux de réhabilitation de la route WAtsa-Durba longue de 14 kilomètres en territoire de Watsa dans la province du Haut-Uele.

C’est l’administrateur du territoire de Watsa qui a donné le coup d’envoi de ces travaux au pont KIBALI en présence des autres membres du comité de sécurité local, des composantes de la société civile, des curieux et autres.

Dans son speach, Innocent Makanda Mwamba a exhorté l’entreprise Transport Mines et construction (TRAMINSCO) affectée sur cette route par le gouvernement provincial à exécuter un travail de qualité. L’autorité territoriale appelle également ses administrés à faciliter la tâche aux travailleurs.

D’après charles BADJOKO, directeur Marketing et Relations publiques chez TRAMINCO, ces travaux de route en terre battue pourront durer un mois et demi. Il consistera notamment à l’ouverture de la route sur 12m, l’installation du système du drainage et poser de la limonite.

Il rassure quant à la qualité de l’ouvrage à offrir à la population car la réputation de TRAMINCO dans ce domaine ne fait aucun doute dans la contrée s’est-il félicité. De l’occasion, l’entreprise, réaffirme sa détermination à soutenir la vision du désenclavement prônée par l’exécutif provincial.

charles BADJOKO, directeur Marketing et Relations publiques de TRAMINCO

Activité saluée par les acteurs de la société civile qui demandent à la population de le soutenir.

« Demandons à la population de s’approprier ce projet et restée compréhensive tout au long de la durée des travaux amorcés. Il faudra respecter les différents dispositifs que l’entreprise mettra sur la route pour la bonne marche des travaux.  » ont déclaré jean Cephas Gomisame et Odon Buleri.

Toute somme faite, c’est une réponse appropriée à la préoccupation de la population qui vivait du calvaire sur cette route reliant la cité aurifère au siège des institutions territoriales.

Rappelons que ce tronçon routier a fait couler ancre et salive ces trois dernières semaines, allant jusqu’à parler de la honte publique au regard de la dégradation accrue de son état, pourtant situé en plein cœur d’une exploitation aurifère en grande échelle et dont l’entreprise se trouve en règle fiscale avec l’État Congolais jusqu’à la preuve du contraire, mais, sans un impact réel au niveau local.

Le coût global dudit projet n’a pas été révélé à la presse.

Orientalinfo.net

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire