Haut-Uele : la reforme de la DGRHU enclenchée

Guillaume Leu Makombi, ministre provincial de finances du Haut-Uele mercredi 02 octobre 2019 à Watsa ©orientalinfo.net

Le ministre provincial en charge de finances, économie, industrie, commerce, transport et voie de communication du Haut-Uele, Guillaume Leu Makombi, a présidé l’après midi de ce mercredi 02 octobre 2019, la cérémonie de remise et reprise entre les chefs de ressort entrant et sortant au sein de la Direction Générale des Recettes du Haut-Uele, DGRHU/Watsa. André Mambata Kamambata a cédé son fauteuil à Gilbert Mastaki dans une ambiance conviviale sous un ciel ensoleillé.

Prenant la parole, le nouveau chef de ressort de la DGRHU watsa mesurant la lourdeur de la responsabilité lui confiée, a invité ses collaborateurs à travailler ensemble pour mobiliser et canaliser les recettes de la province au trésor public. De son coté, son prédécesseur s’est félicité du travail abattu et réitéré sa confiance à son successeur au vu de son expertise en la matière.

Gilbert Mastaki, nouveau chef de la DGRHU, ressort de Watsa

Cette activité qui s’est déroulée en présence du directeur général de la DGRHU Michel Angotako entre dans le cadre de la première phase du projet de réforme et de restructuration de la DGRHU mise en route par le gouvernement provincial piloté par Christophe Baseane Nangaa, a indiqué le patron de la finance provinciale.

Dans cette optique, tout le personnel qui était affecté au poste de Bho à la frontière entre l’Ituri et le Haut-Uele a été relevé et remplacé par les nouvelles unités.

De l’occasion, M. Makombi a dévoilé l’économie de la réforme que subira la régie financière provinciale. Objectif visé, aider la province qui compte sur ses recettes propres à maximiser les recettes et ainsi permettre à l’exécutif provincial d’avoir les moyens de sa politique.

Ladite reforme consiste de prime à bord à la modification des textes légaux et réglementaires de base et l’obtention de l’arrêté portant fixation des taux, à l’occurrence de l’édit portant fourchette des taux et des taxes. Par cette démarche, le gouvernement provincial veut agir sur la politique fiscale de la province afin de permettre la mobilisation des ressources pour la mise en œuvre de son programme d’action. S’en suivra un audit des ressources humaines de la DGRHU et le renforcement des capacités du personnel.

« Nous allons ici déclarer déserteurs et révoquer toutes les unités qui ne se manifestent pas au lieu de travail depuis plus de trois mois. Organiser un concours pour les nouvelles unités. Ça sera sur base d’un critère de mérite et non sur base des critères politiques ou clientélistes. Nous passerons territoire par territoire pour former les agents de cette direction de la recette en vue de les rendre performants » à martelé Guillaume Leu Makombi.

Cette réforme consiste aussi à la formation des officiers de police judiciaire en collaboration avec le parquet de grande instance d’Isiro pour avoir des OPJ à compétence restreinte, capables de découvrir des infractions en matière fiscale et les réprimer.

Le dernier volet de cette réforme amorcée est la modernisation et l’accroissement de niveau de contrôle. Ici, le gouvernement provincial envisage recenser et constituer une base des données des assujettis qui conduira à la création d’un guichet unique au poste de contrôle de Bho pour combattre la fraude qui a élu domicile au sein de la DGRHU et supprimer la multiplicité des services à ce poste de contrôle.

La digitalisation ou informatisation de la régie ferait également partie de cette réforme pour combattre l’évasion fiscale et réduire le coût de production des imprimés tout comme l’aménagement d’un parc à bois au poste de contrôle de bho en vue de contrôler le trafic important des bois qui s’effectue du territoire de dungu vers Aru et les pays étrangers où la fraude à élu domicile; Ce système expérimental pourrait s’étendre sur Dungu et Salisa en territoire de Wamba sont au tant des stratégies du gouvernement Baseane Nangaa.

 » Nous pensons qu’avec cette réforme, la province va quitter l’étape de produire 310 millions des Francs Congolais hormis la redevance minière à ce jour pour atteindre un milliard voire même 1.5 milliards de Francs Congolais » a déclaré Leu Makombi.

Nanou Mokuba

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire