Haut-Uele/Watsa : Pour le ministre Crispin Alibu, la solution à l’insécurité ne réside pas dans les villes mortes

Le ministre provincial de l’Intérieur, Sécurité, Ordre public, Décentralisation et Affaires coutumières du Haut-Uele a réagi à l’initiative de la société civile, appelant la population à observer deux journées ville morte en début de la semaine prochaine. Ceci pour protester contre le phénomène Bandits armés qui a élu domicile dans la cité de Durba et ses périphéries.

Toute en condamnant avec la dernière énergie les tueries si barbares opérées par cette bande de malfrats, Crispin Alibu Uwete estime que l’action enclenchée par les forces vives s’avèrerait peu efficace pour solutionner le problème.

“ L’appel à deux jours ville morte est une forme d’expression du genre anticonstitutionnelle qui n’apporterait aucune solution durable au problème d’insécurité à Durba, si non de l’asphyxie à nos activités économiques de survie dans cette contrée. ”

Le patron de la sécurité en province appelle à un sursaut patriotique de tout un chacun pour arriver au résultat escompté à savoir : mettre hors d’état de nuire ces malfrats qui troublent la paix et quiétude de la population.

“Une franche collaboration avec les Forces de l’ordre, en mettant en scène des stratégies pour découvrir et dénoncer les auteurs des crimes et leurs complices, me paraît plus engageant et plus rassurant. Nous sommes de coeur avec toutes les familles des victimes de ces crimes odieux” fait-il observer.

Par ailleurs, M. Alibu exhorte les Forces de l’ordre à accentuer les efforts en cours pour récolter dans les filets ces malfrats et criminels afin qu’ils répondent de leurs actes.

Rappelons que les forces vives de la cité minière de Durba ont décrété le lundi 30 septembre et mardi 1er octobre prochains des journées sans activités pour protester contre la recrudescence de l’insécurité à Durba et ses environs caractérisée par des incursions répétitives des bandits à main armée dans les maisons de commerce, domiciles de la population et des embuscades routières. Elles appellent par cette action les services attitrés à assurer la sécurité de la population et ses biens au risque de se prendre en charge si la situation persistait.

LIRE AUSSI : Haut-Uele : appel à deux journées ville morte contre l’insécurité à Durba

Héritier Mungumiyo

1 réponse
  1. Romulus Akon
    Romulus Akon dit :

    vraiment on est fatigué,ce comme si nos agents de sécurité coopère avec ses malfrats, mon soucis es qu’on puisse changer tous les dirigeants qui sont dans notre territoire en commençant par le numéro un du territoire et son équipes

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire