Haut-Uele : appel à deux journées ville morte contre l’insécurité à Durba

Les forces vives de la cité minière de Durba appellent la population à observer deux journées villes mortes lundi et mardi prochains pour protester contre la recrudescence de l’insécurité à Durba et ses environs caractérisée par des incursions répétitives des bandits à main armée dans les maisons de commerce, domiciles de la population et des embuscades routières.

Cette décision a été prise ce vendredi 27 septembre 2019, au terme d’une assemblée extraordinaire de la société civile et nouvelle société civile, tenue au bureau de la sous-coordination de la société civile locale.

Les forces vives se désolent de l’incapacité des services attitrés à maitriser ces bandits qui sont devenus un danger permanent pour la communauté et aussi le géant minier Kibali Gold Mines.

“Trop c’est trop. C’est inconcevable que les gens meurent, perdent leurs biens au quotidien et que les services de sécurité nous parlent toujours des inconnus. S’ils ont failli à leur mission, ils doivent nous le dire clairement. Nous espérons que lors que toutes les activités socio-économiques seront fermées, nos voix seront entendues.” explique Jean Sefa Gomisame, l’un des signataires de cet appel à la ville morte à Orientalinfo.net.

Rappelons que plusieurs cas de vol à main armée dont deux assassinats ont été à nouveau enregistrés depuis le 08 septembre encours notamment, à Wanga, Moku et Durba, après un petit moment d’accalmie.

“On espérait que cette situation allait trouver solution après le passage du chef de l’exécutif provincial dans la contrée le mois dernier. Mais on a été scandalisé de voir plusieurs personnes arrêtées, être libérées sans procès. ” ajoute M. Sefa.

LIRE AUSSI : une personne abattue par des hommes armés à Durba

La police indique travailler d’arrache-pied pour mettre la main sur ces hors-la-loi et appelle à la collaboration de la population pour y arriver. Mais visiblement, cette main tendue de la police se bute à une crise de confiance côté population qui accuse généralement quelques éléments de services de sécurité de travailler de mèche avec les bandits qui l’insécurise.

Héritier Mungumiyo

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire