Haut-Uele : le ministre Crispin Alibu déplore le vice de procédure au tour de l’ultimatum aux expatriés sud-africains

Le ministre provincial de l’intérieur et sécurité du Haut-Uele, Crispin Alibu Uwete, déplore le vice de procédure en rapport avec l’ultimatum lancé aux expatriés sud-africains œuvrant au sein de la société Kibali Gold Mines. Il l’a fait au cours d’une réunion s’il tient depuis 10h45′ de ce lundi 09 septembre, en la salle polyvalente de Durba à l’intention des couches sociales de Watsa.

À la tête d’une forte délégation provinciale dépêchée d’urgence par le gouverneur Christophe Baseane Nangaa, le patron de la sécurité a estimé que la prérogative de refouler les étrangers de la RDC revient exclusivement au gouvernement congolais.

La société civile et la ligue des jeunes devraient à son avis poser leurs préoccupations au gouvernement à travers ses représentants à tous les niveaux pour une solution légale et non passer pour des décideurs à leur niveau.

« C’est une question qui indispose tout le monde mais, il appartient au gouvernement de décider de la ligne de conduite à suivre. » a expliqué C. Alibu.

Dans la salle de réunion remplie de mondes, on insiste plus sur la prise en compte du problème de la population locale liée au tour des travaux de l’entreprise Kibali Gold mines. Il s’agit par exemple de l’utilisation effective de la main d’œuvre locale, exprimée par la jeunesse à l’occasion de la dénonciation de la xénophobie en Afrique du Sud découlant de la même cause.

De leur côté, le Programme d’Education Civique de l’Université de l’Uélé (PEDUC) et l’Observatoire d’Exploitation des Ressources Naturelles et des Investissements dans le Bassin de l’Uélé (OBERIUELE) s’inquiètent d’une attitude pouvant énerver le climat des affaires dans une province où Kibali Gold Mines est et demeure encore le fleuron du décollage économique du Haut-Uélé

« Que des compatriotes soient molestés et tués en Afrique du Sud, cela est inacceptable et demeure condamnable. On ne peut en vouloir aux Congolais qui protestent. Mais que cela puisse donner lieu à des règlements de compte aux sujets sud-africains qui n’y sont pour rien dans ce qui arrive en Afrique du Sud, cela aussi est condamnable. Le PEDUC invite les uns et les autres à la retenue et au recours aux voies pacifiques et légales. »

Héritier Mungumiyo

1 réponse
  1. Anonyme
    Anonyme dit :

    Merci beaucoup Héritier pour cet échange. Le Ratio des expatriés est tellement en crescendo au sein de KGM et ses sous traitants.

    L’émancipation et la considération de la main d’œuvre locale pourra aussi croître la production de KGM car un expat vaut 25 cadres intermédiaires nationaux !
    Que les expatriés qui au sein dans nos secteurs se prennent à des pédagogues pour transmettre leur savoir aux +(locaux)

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire