Haut-Uele-Xénophobie en RSA : la députée Lola Nazele soutient l’ultimatum de 48h accordé aux expatriés sud-africains de KGM

Des réactions se multiplient contre la résurgence des attaques xénophobes contre les ressortissants étrangers résidant en Afrique du sud.

La députée provinciale Espérance Lola Nazele dit condamner une barbarie inouïe d’un peuple très évolué d’apparence pourtant bien toléré à œuvrer paisiblement dans sa circonscription électorale à travers la société Kibali Gold mine.

Dans une interview accordée à Orientalinfo.net ce vendredi 06 septembre 2019 tard dans la soirée, cette élue de Watsa dans le Haut-Uele, apporte son indéfectible soutien à l’ultimatum de 48heures lancé aux expatriés sud-africains pour quitter le Haut-Uele pour raison de justice et de vérité.

« Je soutiens cette initiative de la LIJUDEWA et surtout que c’est une action pacifique. Nous avons le droit de la défense. Il vaut de l’intérêt de ces sud-africains qui travaillent par tout dans le monde de faire taire la violence. Ils doivent appeler leurs frères barbares pour leur demander de cesser avec la barbarie. »

Connue pour ses prises de position tranchante, Mme Lola Nazele ajoute:

« S’ils ne le font pas, c’est-à-dire c’est une complicité quelque part. Kibali gold pilotée par Barrick est une grande puissance et doit s’investir immédiatement étant donné qu’elle héberge de nombreux sud-africains. La relation est bilatérale. Les sud-africains doivent donner la paix aux ressortissants étrangers en général et aux congolais en particulier dans leur pays. »

Rappelons que la société civile forces vives du Haut-Uele et la Ligue des jeunes unis pour le développement de Watsa (LIJUDEWA) ont accordé 48 heures au géant minier Kibali, opérateur d’une plus grande mine aurifère en Afrique, afin de rapatrier ipso facto les ressortissants sud-africain dans leur pays d’origine en signe de protestation contre les violences xénophobes enregistrées au courant de la semaine finissante ayant fait 10 morts. Ces structures menaces de passer aux actions citoyennes endéans ce délai pour se faire entendre.

Héritier Mungumiyo

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire