RDC-TSHOPO : les activités de la société chinoise FODECO suspendues jusqu’à nouvel ordre

Photo d’illustration, droits tiers

Le Gouverneur Jean Marie WALE LOFUNGOLA a suspendu depuis dimanche 23 juin 2019 toute activité d’exploitation des bois en territoire de Basoko par l’entreprise chinoise dénommée Société Forestière pour le Développement du Congo », en sigle FODECO, suite à plusieurs irrégularités. La société est appelée tout d’abord à présenter les documents légaux relatifs à ses exploitations et cela va se suivre avec la révisitation point par point de cahier des charges signé avec la communauté de base.

Cette décision qui tombe comme une bouée d’oxygène fait suite à un mémorandum adressé à l’Autorité Provinciale depuis quelques jours par l’Union pour le Développement de Basoko (UDEBA), une association qui regroupe les filles et filles du Territoire de Basoko.

Délégation d’UDEBA reçue en audience par le gouverneur de province/photo, droits tiers

À ce sujet, une délégation de suivi de ce mémorandum avec à la tête le Prof Antoine MODIA O’YANDJO, Président de l’UDEBA, a été réussie exceptionnellement le dimanche 23 juin 2019 à Kisangani par le Gouverneur de la Province, en présence de Monsieur LEE, Responsable de la Société FODECO, ainsi que l’Administrateur du Territoire de Basoko.

En effet, c’est depuis 2017 que cette société chinoise exploite les bois dans les trois Groupements de la Chefferie de YALIWASA, en Territoire de BASOKO, notamment à WINAWINA, MOKULA et GBAKULU, sans respecter le cahier de charge.

Les signataires de ce mémo dont une copie est parvenue à votre rédaction, dénoncent également plusieurs irrégularités dans l’exploitation par la FODECO, entre autres la dégradation très avancée des écosystèmes et le mauvais traitement des travailleurs locaux. Une situation qui est à la base de la crise de confiance entre les parties signataires.

Selon le Prof Antoine MODIA O’YANDJO, la Société FODECO avait convenu de réhabiliter certains axes routiers de la Chefferie de YALIWASA y compris les ponts de MOKEKE, MOLIWA, LOLEKE, LULA et consorts. A cela s’ajoute la construction de quelques écoles, Centres de Santé ainsi que certains bureaux administratifs à YAWINAWINA, chef-lieu de ladite chefferie, qui restent jusqu’à ce jour irréalisables.

La même source ajoute que les forêts dont exploite cette société font face à des multiples menaces qui pèsent sur la biodiversité et modifient profondément la configuration du paysage, notamment la déforestation et la dégradation très avancée des forêts.

À en croire Monsieur Barthélemy AMONGO, chargé de communication du comité de suivi du mémorandum, la prochaine rencontre est prévue le 03 juillet prochain.

Il sied de noter que la décision du Gouverneur de province de suspendre toute activité de la société FODECO est saluée par la quasi-totalité de la population du territoire de Basoko, qui espère une issue favorable.

Augustin TSHEZA, correspondant Orientalinfo.net à Basoko

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire