Le ministre provincial des finances du Haut-Uele, Guillaume Leu Makombi et son collègue du budget, Ismaël Ebunze, ont co-presidé ce lundi 17 février 2020 à Durba en territoire de Watsa, une matinée fiscale marquant le lancement de la campagne fiscale 2020 dans la province du Haut-Uele.

C’est la salle polyvalente de Durba (Watsa : capitale économique de la province) qui a servi de cadre pour la tenue de cette activé de haute portée fiscale pour la province, en présence des membres du comité local de sécurité de Watsa et Faradje, des chefs des services d’assiette et des responsables de patronats syndicaux.

Dans son mot de circonstance, le patron des finance provinciales a tenu d’entrée de jeu à préciser que le léger retard enregistré dans le lancement de cette campagne, initialement prévue dans la première semaine de janvier dernier, s’explique notamment par la conclusion tardive et la signature du protocole d’accord relatif aux taxes spéciales conventionnelles pour la construction entre le conseil provincial de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) et la province doublé à la livraison tardive des nouveaux imprimés de valeur sécurisés.

D’après M. Leu, la campagne fiscale 2020 lancée sera caractérisée par des modifications dans plusieurs secteurs des taux de taxation des impôts, droits, taxes et redevances provinciaux; ainsi que par la mise en circulation des nouveaux imprimés de valeurs sécurisés.

Des modifications inhérentes à l’impératif d’adapter le système fiscal à la nouvelle politique fiscale contenue dans l’ambitieux programme d’action du gouvernement provincial. À cela s’ajoute : la recherche des ressources additionnelles pouvant permettre à réaliser des infrastructures de base surtout les axes routiers prioritaires, l’exigence d’une meilleure prise en charge de l’administration fiscale pour ne citer que celles là. Ainsi, si certains actes générateurs des recettes ont connu une augmentation, d’autres ont été revus à la baisse et d’autres encore ont fait leur entrée dans la nouvelle nomenclature.

L’occasion faisant le larron, il a vivement sollicité l’implication de tous pour la réussite de cette réforme fiscale visant à maximiser les recettes pour le développement de la province.

« Les inciviques fiscaux seront durement frappés. Il existe des dispositifs dans l’arsenal juridique qui prévoient des sanctions à l’encontre des contrevenants. Considérer que la réforme n’est pas seulement l’affaire du gouvernement provincial. C’est l’affaire de chacun de nous. Tous ceux qui participent au circuit et au processus de mobilisation des recettes doivent s’impliquer davantage et au delà d’eux, nos partenaires notamment la FEC et la FENAPEC doivent sensibiliser leurs affiliés pour que nous puissions atteindre l’objectif. » a lancé G. Leu

De son côté, I. Ebunze a martelé sur la sensibilisation des opérateurs économiques par les chambres de commerce avant de tirer les oreilles des chefs de service à bannir les anciennes mauvaises habitudes (ndlr : la piraterie et la circulation parallèle des imprimés de valeur) qui ont élu domicile dans ce secteur.

Peu avant la clôture de cette matinée fiscale, le directeur adjoint de la DGRHU en charge des questions technique et fiscales, Léon Apuma, a officiellement remis les exemplaires de l’arrêté portant nouvelle taxation et du protocole d’accord sur les taxes spéciales conventionnelles sus évoquées aux responsables de la DGHRU, ressorts de Watsa et Faradje.

Signalons également la présence du directeur de cabinet adjoint en charge des questions économiques, financières et reconstruction dans cette délégation venue d’Isiro.

Héritier Mungumiyo

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici