Mines : le nouveau code minier à la portée des couches sociales de Watsa et Faradje

Tenu ce mercredi 26 février 2019 d’un atelier de vulgarisation du nouveau code miner aux différentes couches sociales de la population des territoires de Watsa et Faradje dans la province du Haut-Uélé au Nord-est de la République Démocratique du Congo.

Le séminaire ouvert par l’administrateur du territoire de Watsa Innocent Makanda Mwamba se déroule dans la salle polyvalente de Durba à Watsa sous la facilitation des experts du cabinet MGMM & ASSOCIÉS, un cabinet d’avocats basé à Kinshasa.

Selon Michel Gabriel Moyogo Mombili, chef de la délégation de ces mandataires agréés en mines et carrières, l’objectif principal de cet atelier est d’outiller les populations et communautés locales à travers les acteurs et leaders locaux de « la connaissance des grandes articulations des nouvelles dispositions réglementaires en vigueur en République Démocratique du Congo afin de leur permettre de s’en approprier ».

Cette séance d’une journée permettra également de fournir une information synthétique pragmatique pouvant faciliter à ces acteurs et leaders communautaires de trouver aisément les réponses pratiques à certaines préoccupations concernant les droits miniers et à certains problèmes récurrents au sein de leurs communautés dans leurs rapports avec les miniers.

Une panoplie des questions sur le bien fondé du code miner révisé, les modalités et son champs d’application oriente cet atelier organisé sur initiative de la société Kibali goldmines.

D’entrée de jeux M. Moyogo Mombili a estimé que la mise en application correcte et équitable de ce code minier reste le seul gage pour que les substances minérales bénéficient simultanément à l’État congolais, aux opérateurs miniers, aux entités territoriales décentralisées, aux communautés locales et à la population.

La séance est encours…

Rédaction

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire