Haut-Uele : La NSCC repousse sa manifestation contre l’insécurité

François Kokolo Modipima. Coordonnateur provincial de la Nouvelle Société civile Congolaise du Haut-Uele lundi 09 décembre 2019 à Isiro ©Orientalinfo.net

Initialement prévue pour ce mercredi 12 décembre 2019, la journée ville morte projetée par la coordination provinciale de la Nouvelle Société Civile Congolaise du Haut-Uele pour protester contre l’insécurité sur toute l’étendue de la Province a été repoussée à une date ultérieure .

L’information a été livrée à la presse ce lundi 09 décembre par le coordonnateur provincial de cette structure citoyenne après échanges effectués avec le premier citoyen du Haut-Uele Honorable Christophe BASEANE NANGAA à Isiro chef-lieu de la Province.

Au cours de leur rencontre, François KOKOLO MODIPIMA accompagné des autres membres de son bureau, dit assouplir leur démarche par le fait que, lors de leur tête à tête avec Baseane NANGAA, ils sont entrés en possession de la lettre du chef de l’État Félix TSHISEKEDI adressée au gouverneur affirmant sa détermination d’éradiquer ce fléau d’insécurité qui prend de l’empleur ce dernier temps dans le Haut-Uele.

M. KOKOLO justifie également ce report par le fait que les populations du Haut-Uele en général, et celles de la ville d’Isiro en particulier ont besoin de se concentrer aisément pendant cette période de festivité pour se procurer les biens perdus lors des différentes attaques perpétrées par les assaillants dans les différents territoires touchés par cette insécurité orchestrée par des groupes rebelles étrangers ( LRA, HOUDAN, SELEKA, et les éleveurs étrangers MBORORO) et celles de la ville d’Isiro victimes des actes de vandalisme occasionnés par quelques motards samedi 07 décembre courant après l’enterrement de leurs collègues assassinés par les hommes armés non identifiés , au village Gao situé à 95km de la ville d’Isiro dans le territoire de Watsa.

Au cours de leur forfait, ces taximans avaient pillé quelques biens des commerçants pour manifester leur mécontentement contre la mort de leurs camarades, disent certains que notre rédaction a pu rencontrer.

Il faut noter qu’il s’observe depuis quelques mois le regain d’insécurité dans les quatre territoires sur six que compte le Haut-Uele , insécurité causée par les hors la loi venuent des pays étrangers et les bandits locaux.

Franck Duabo

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire