Haut-Uele : la police disperse un sit-in des agents du gouvernement provincial sortant réclamant leurs arriérés

Jeudi 10 octobre 2019, Ces agents réclamaient à travers cette manifestation leurs arriérés de 5 mois de salaire et indemnités de sortie toujours non payés. La police a usé des gaz lacrymogènes et des balles réelles pour les disperser de la cruche, le lieu où se tenait le sit-in selon des sources concordantes.

À LIRE AUSSI : toujours impayé, le personnel de l’exécutif sortant-lance un cris d’alarme

Francis Kodravele, l’un d’eux ne comprend pas la brutalité de la police sur des personnes qui revendiquent leur droit causant deux blessés dans la débandade.

« La délégation était en négociation avec les ministres provinciaux à savoir celui de l’intérieur et de la justice. Ils ont demandé au personnel de l’exécutif provincial sortant d’attendre la réponse du Progou au cabinet du gouverneur (la cruche) malheureusement pendant que ce dernier patientait, la police est intervenue tirant en balle réelle sur le personnel. ” déplore-t-il.

Le ministre provincial de l’intérieur, sécurité et ordre public qui a effectué une descente au cabinet du gouverneur au côté de son collègue de la justice accompagnés des secrétaires exécutifs pour s’imprégner déplore également ce qui est arrivé. Crispin Alibi Uwete estime que cela ne devrait pas arriver si les manifestants avaient suivi la voie légale qu’ils étaient en train de leur tracer.

Il leur suggère dorénavant, de privilégier les procédures qui ne fâchent pas la loi dans leur revendication de droit.

« Lors du sit-in de ce matin, tout a dégénéré pendant notre entretien avec le Gouverneur quant à ce. Les manifestants ont assiégé la cruche, lieu public. La liberté de manifester reconnue par la constitution dans son article 26, n’autorise pas d’assieger un lieu public. Au contraire, la loi fixe les mesures d’application.  » a-t-il fait savoir à Orientalinfo.net.

À LIRE AUSSI : caisse vide, dettes exorbitantes, le nouvel exécutif provincial a rude epreuve

Selon des sources concordantes, cette situation a conduit à la paralysie momentanée des activités économiques. Quelques boutiques avaient dû fermer leurs portes et la circulation vers l’aéroport d’Isiro/Matari où des jeunes gens avaient barricadé la route pour protester contre la blessure de l’un de leur bloquée.

Héritier Mungumiyo

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire