Haut-uele : la société civile en colère contre le parc de la Garamba, deux journées ville morte en vue

La société civile forces vives et la nouvelle civile congolaise des trois territoires du Haut-Uele à l’occurrence de Faradje, Dungu et Niangara projettent deux journées ville morte lundi 14 et mardi 15 octobre prochain.

Ceci pour protester contre la mauvaise foi des gestionnaires de ce patrimoine mondiale de l’UNESCO qui brilleraient notamment par la violation flagrante du protocole d’accord relatif à la mise en oeuvre de projet de conservation des ressources naturelles et développement durable du complexe de la Garamba en RDC signé le 16 février 2019 et la mise en application d’une politique discriminatoire contre les locaux; marquée par le recrutement et la révocation sélectifs des éco-gardes ressortissants du coin, les délimitations floues des domaines de chasses ou l’octroi des marchés d’après les signataires de la lettre d’information adressée mercredi 09 octobre aux administrateurs concernés.

Ces forces vives exigent également l’abrogation pure et simple de l’arrêté ministériel N° 0532/CAB.MIN/MINES/01/2019 du 23 août 2019 portant interdiction de l’exploitation artisanale de l’or dans les domaines de chasse de Gangala Na Bodio, Azande et Mondo Missa dans la province du Haut-Uele. Ce document signé par l’ancien ministre national intérimaire des mines, Henry Yav Mulang serait fait d’une manière cynique et en complicité mortelle avec le PNG font remarquer les acteurs de la société civile.

En effet, cet arrêté accorde un moratoire de 6 mois à ces exploitants artisanaux pour quitter les dits domaines sans tenir compte du protocole d’accord traçant le mécanisme pacifique pour y arriver.

Il s’agit notamment de l’accompagnement des orpailleurs par le parc pour l’utilisation des techniques améliorées pour l’exploitation artisanale dans ces domaines de chasse en prévision de leur mutation vers les Zones d’Exploitation Artisanale et la création des activités alternatives pour ceux qui voudraient abandonner l’orpaillage explique Rigobert Madrakele, coordonnateur de la société civile de Faradje.

Les deux journées ville morte visent également à interpeller les autorités du pays sur ce dossier et à pousser le parc de la Garamba à respecter les communautés locales.

De son côté la délégation du parc de la Garamba Conduite par Thierry Normand, Directeur du Développement Durable chez African Parks Congo, reçue en audience ce mercredi 09 octobre 2019 par le Gouverneur Baseane Nangaa, deplore la violation des périmètres de sécurité du parc par des braconniers, les exploitants artisanaux des minerais en violation de la réglementation en la matière.

Héritier Mungumiyo

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire