Ariwara : le premier cas confirmé positif d’ebola est mort

Décès ce lundi 01 juillet 2019 du cas confirmé positif de la maladie à virus ebola à Ariwara en territoire d’Aru dans la province de l’Ituri.

La quarantaine révolue déjà en isolement depuis le 27 juin dernier est morte au petit matin rapporte le médecin chef de zone sanitaire locale.

Le docteur Masimumbuko Abha indique que tous les dispositifs pour un enterrement sécurisé au standard de l’OMS ont été observés pour éviter la propagation du virus.

Pendant ce temps, près de 400 personnes listées contactes directes ou indirectes sont en cours de vaccination et sous surveillance d’une équipe d’expert dans la riposte contre cette épidémie qui sévit depuis le 01 août 2018 dans la région de Beni et dans la province de l’Ituri.

Rappelons que c’est depuis le 27 juin 2019 qu’une femme venue de Beni pour Ariwara via Bunia a été signalé à l’hôpital général général de référence Sainte Joséphine Bakhita d’Ariwara comme cas suspect avant d’être confirmé positif au laboratoire de Bunia.

« Cette dame était déjà un cas contact recensé depuis Beni. Pendant qu’on recherchait à vacciner les gens là bas, elle avait préféré fuir. Elle aurait également perdu deux de ses enfants par la maladie à virus ebola. Elle, ses autres enfants et son mari étaient sous surveillance au centre de traitement local. Mais curieusement son absence a été constatée depuis le 25 juin dernier et personne ne savait sa destination. Et le jeudi 27, on a constaté un jour après son arrivée chez nous qu’elle présentait des signes d’ebola. » expliquait le médecin chef de zone sanitaire d’Ariwara à Orientalinfo. net.

M. Abha appelle en outre la population de la région à l’observance stricte des mesures préventives d’hygiène notamment se laver correctement et régulièrement les mains avec du savon ou de la cendre, éviter tout contact avec une personne suspecte ou déclarer malade d’ebola, éviter de manipuler ou consommer les viandes de brousse et autres.

Héritier Mungumiyo

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire