Basoko : 2 présumés bandits de grand chemin et leurs 2 complices aux arrêts

Les militaires FARDC basés à Basoko ont arrêté dans la matinée de ce mardi 25 juin 2019 quatre présumés bandits, dont deux femmes et deux jeunes garçons qui opèrent avec des armes blanches dans la ville de Basoko et environs en province de la Tshopo.

Les deux jeunes garçons ont été appréhendés en plein opération d’extorsion des biens au niveau du marché YALINONGE, une localité située dans la périphérie de la Ville de Basoko, en Secteur de BOMENGE.

Par ailleurs, les deux dames qui ont opposé une résistance contre l’arrestation des deux garçons, sont accusées entre autres de complicité, pour leur rôle présumé de gardes des butins.

Selon le Commandant des FARDC/Basoko, ces personnes arrêtées dont on retrouve les repris de justice, sont poursuivies notamment pour vol à main armée, extorsion, menaces, association de malfaiteurs, ainsi que coups et blessures. Ils opèrent pendant la nuit tout comme pendant la journée dans plusieurs quartiers de la Ville de Basoko, dont les quartiers Libamba, Mambandu et la localité Yalinonge.

L’arrestation de ces présumés bandits de grand chemin, a soulagé non seulement la majorité de la population, mais aussi les Autorités locales.

Pour sa part, le chef de localité Yalinonge, Atikala Simon contacté, se réjouit de cette arrestation.

« Je suis très content de cette interpellation, car trop c’est trop avec le comportement de ces jeunes qui sèment la terreur nuit comme jour. Armes blanches à la main, ces jeunes se donnent le luxe de faire des collectes forcées dans mon marché. Et si tu refuses, tu es passé à tabac », déplore-t-il.

L’une des femmes victimes témoigne :

« Nous sommes surpris de voir l’un parmi les deux jeunes, reprendre leurs sales besognes, car la population est sans savoir qu’il a été plusieurs fois arrêté et déféré au Parquet Secondaire de Yangambi. La dernière fois, ce garçon avait tabassé à mort une femme au petit marché nocturne de l’Office pour lui avoir refusé la collecte forcée ». A-t-elle ajouté.

De son côté, l’administrateur du Territoire intérimaire de Basoko hausse le ton et tape du poing sur la table, en mettant en garde toute personne qui serait attrapée pour des actes du banditisme et de la criminalité dans sa juridiction. Cependant, Madame Aubine MENAMA rassure l’opinion que les personnes arrêtées vont subir la rigueur de la loi.

Augustin Tsheza, correspondant à Badoko

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire