RDC-Watsa : Les expatriés prennent d’assaut le commerce ambulatoire (constat)

Des expatriés ambulants sur l’artère principale de Durba ©orientalinfo.net

« Je conçois mal qu’un étranger vienne s’installer et revendre aux citoyens de mon pays et gagner de l’argent et vivre au dos de ma population. Par exemple, dans les Wenze (petit marché) qu’on trouve des étrangers d’occuper des petites et moyennes entreprises. Ils pouvaient laisser ça aux nationaux. »

Cette citation du nationaliste Mobutu Seseseko (ex président du Zaïre) n’a toujours pas trouvé gain de cause plusieurs années au nord-est de la République Démocratique du Congo(ex Zaïre) où les expatriés inondent sans gêne les petits commerces.

Constitués des différentes nationalités notamment Ougandaises, Tanzaniennes, sud-soudanaises, Somaliennes et que sais-je encore, ces étrangers font leurs petits commerces à coeur joie à travers les ruelles et artères principales des différentes cités et centres de négoces du territoire de Watsa, dans la province du Haut-Uele au nord-est de la République Démocratique du Congo ces jours-ci.

Sacs au dos, souliers ou sandales en mains, des rideaux ou pantalons pliés sur la tête, ces ambulants, femmes et hommes, sillonnent tous les quartier au su et au vu de tous. Une concurrence sans précédent aux nationaux ayant la primeur ou mieux l’exclusivité des petits commerces au pays de Lumumba depuis 2012. Confirmation sans faille de la faiblesse de la mise en application des lois congolaises souvent théoriquement bien conçues.

Plus grave ceux qui sont appelés à faire respecter les lois deviennent des meilleurs clients. Du coup, toute question sur la formalisation de leur séjour sur le sol congolais paraît sans objet. Cependant, si la violation de la loi en matière de l’exercice de petits commerces ne fait l’ombre d’aucun doute et freine les nationaux, c’est sur un autre angle que la rédaction d’orientalinfo.net fixe ses regards.

Où logent-ils avec des capitaux portatifs ?

Curieusement ces étrangers ambulants logent des hôtels de 10 à 15$ par nuit pour les uns, et les autres se louent des maisonnettes au prix de la région suscitant des grandes questions dans l’esprit des observateurs avisés notamment : s’agit-il d’un vrai gagne-pain ou d’un pure camouflage ?

Interrogé par la presse sur ce dossier qui menacerait la sécurité de la région tôt ou tard, l’administrateur du territoire de Watsa s’est malheureusement n’être pas au courant.

En attendant que les autorités attitrées se penchent sur cette question, les congolais et étrangers se disputent le petit commerce surtout dans la cité cosmopolite de Durba au mépris total des lois du pays en la matière qui en assure l’exclusivité aux nationaux.

Au sujet d’impôts et taxes, on ignore complètement s’ils s’exécutent ou pas. De toute évidence, des nationaux ambulants comme ces expatriés, renseignent qu’ils s’acquittent convenablement de leur devoir fiscal. Ce qui les inquiètent, arguent les petits commerçants congolais, est-ce uniquement pour les fils du pays qu’impôts et taxes sont faits ? En plus, leur effectif ne serait même pas connu. Il n’y a que l’État qui peut nous éclairer là dessus.

Héritier Mungumiyo

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire