Haut-Uele : caisse vide, dettes exorbitantes, le nouvel exécutif provincial mis à rude épreuve

Dans la province du Haut-Uele au nord-est de la République du Congo, la nouvelle équipe gouvernementale issue des élections du 10 avril 2019 doit faire face à un autre défi supplémentaire depuis la prise des fonctions effective le 08 mai dernier. Plus 25 millions de dollars américains de dette intérieure publique héritée de son prédécesseur en trois ans de règne, cette nouvelle équipe gouvernementale est vraisemblablement mise à rude épreuve.

Le nouveau vice-gouverneur Christian Pitanga Mangandro ne cache pas son désarroi face à cette dette évaluée à 25.028.960 $. Le 08 mai dernier lors de la cérémonie de remise et reprise, il a indiqué que le nouveau gouvernement provincial dirigé par Christophe Baseane Nangaa compte passer au peigne fin toutes les rubriques de cette dette qui risque de freiner les actions de l’exécutif en faveur de son remboursement.

« Constituée essentiellement des dettes sociales, celles envers les fournisseurs des biens et services, des entrepreneurs des travaux publics ainsi que des avances consenties à la province par des tiers et des encours des crédits bancaires, cette situation hypothèque dangereusement l’avenir de la province à très court terme étant donné que les ressources qui seront mobilisées risquent d’être affectées principalement au service de la dette intérieure. À l’exception de la dette sociale, les autres rubriques de la dette intérieure feront l’objet d’un contrôle approfondi par le gouvernement provincial avant toute planification de paiement surtout celles pour lesquelles il n’existe aucun soubassement. »

Un autre comportement déploré est le pillage systématique des biens et patrimoine de la province au lendemain de l’élection du 10 avril 2019 par l’équipe sortante. La nouvelle équipe promet d’user de tous les moyens légaux pour remettre la province dans ses droits contre le déclassement et l’aliénation opérée à la sauvette contre les intérêts du Haut-Uele.

En réaction, le gouverneur sortant Jean-Pierre Lola Kisanga parle d’une fuite en avant et d’un pressentiment d’échec face aux défis pharaoniques non mesurées par l’équipe entrante dans la reconstruction de la province.

Dans une mise au point faite sur le dossier le 10 mai courant par son conseiller en communication, Christian Shukuru par des affirmations décontextualisées sur des données mises de bonne foi à la disposition de la nouvelle équipe par l’équipe sortante.

La sécurité, le désenclavement de la province, l’amélioration du vécu quotidien de la population et tant d’autres défis sont à relever par le deuxième gouverneur démocratiquement élu au slogan « le Haut-Uele d’abord » et son équipe.

Rédaction

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire